¡ Calcena, qué dia(s) !

Vaillants, malins et joyeux, voici les adjectifs qui pourraient le mieux définir les membres de la petite équipe d’aventuriers qui ont osé défié les grandes parois de Calcena et Trasobares au pied du magnifique parc naturel de Moncayo.

Une aventure qui a failli se dérouler sur le parking du lieu de rdv tandis qu’une ceinture de sécurité refusait de se dérouler…

Un départ repoussé d’1h, mais un départ quand même ! Dans leur langage codé, les enfants (Fanny, Dorian, Maritxu, Cyril, Lilou, Gorka et Noé) racontent :

« Jeudi, temps de pluie… Départ censé être à 7h mais retardé d’1h par la ceinture de Fanny. Mais grâce à Robert et Marmotte du forum « trafic-aménagé.com »,  nous avons pu démarrer sécurisés. Quelques km plus tard, nous avons été arrêtés par la douane espagnole croyant que nous étions une grande famille. Nous avons continué sous un temps d’hippocampe (nuage et soleil). Arrivés à un péage, Jean appuya sur le bouton d’aide (ayuda) au lieu d’appuyer sur le bouton reçu (recibo). Ce qui nous valut quelques éclats de rire. Puis, petit arrêt prés d’une grosse flaque, à l’odeur de crevette (due à la proximité d’une poubelle) et pour clôturer le tout, nous fumes chassés par une attaque de guêpes fulgurantes en position de combat ! Ensuite, nous avons pu observer des montagnes enneigées à perte de vue et sans aucun signe de vie. En premier plan des montagnes, on a vu des falaises. Nous avons traversé quelques villages avant d’arriver au notre : Calcena. ¡ Dia Calcena ! (altitude 836 m ) Nous nous sommes installés, avons alors pique-niqué à l’auberge. Virginie nous a montré où nous étions sur une carte, puis nous sommes mis en route pour … grimper bien sûr ! Gorka fit un surprenant coucou à la fenêtre, tiens ! En montant vers la paroi, sur le chemin, Virginie nous a appris ce qu’est le thym. Ainsi, nous avons appris quelques mots de végétation, dia ! thym, romarin et buis-(son). Et nous avons commencé à escalader. Gorka mais surtout Noé qui n’avait encore jamais escaladé avec une corde, ont appris à assurer. Dorian nous précise : Fanny et Dorian ont commencé par montrer l’exemple à Gorka et Noé. Et les autres sont montés en tête aussi ! Oulala, il faut poser les pieds en fait, dit Virginie sur un ton répétitif ! Il faisait bien frais, l’air sur la paroi nous glaçait les mains et nous avions mal aux pieds. Très souvent, avec Noé et Cyril… mais chut… c’est un secret… »

Et un grand merci à Gorka qui a bien voulu accepter de nous livrer son récit du voyage :

« Nous avons cru tomber dans un village un peu perdu du Mexique : de la brique orange, pas de verdure… Nous avons découvert que le village était habité par 7 personnes en hiver et environ 300 en été.
Le séjour s’est très bien passé. L’ambiance était très chaleureuse : tout le monde s’entendait bien. L’auberge était confortable.

Gorka et Hubert

J’ai aimé que tout notre séjour soit consacré à l’escalade, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer.
La via ferrata m’a bien plu et un autre secteur dont j’ai oublié le nom car il était avec des passages pas trop difficiles et d’autres un peu plus mais la vue sur la fin était très jolie.

Pendant notre visite du village, nous avons adopté un bâton trouvé près de l’église, il se prénomme Hubert. Très affectueux, il nous a aidé à cueillir des amandes. C’est la mascotte de l’équipe.
En conclusion : c’était super ! » Gorka

Et un grand merci à Jean aussi qui grâce à ses photos nous permet de revivre ces grands moments. La suite en images :

 

 

Día 1 :

 

Día 1 :
« 1 de 5 »

Día 2 :

 

Día 2 :
« 1 de 14 »

Día 3 :

 

Día 3 :